Puisqu'on vous dit de vous taire !

Publié le par ehim

Une passagère française d’une soixantaine d’années du vol Paris-Bamako du 28 avril dernier, qui travaille habituellement avec la police dans les quartiers, vient de passer devant le Tribunal de Bobigny pour " incitation à la rébellion " car elle avait osé protester contre la manière dont les policiers traitaient des Maliens embarqués de force pour être expulsés vers leur pays (coussins sur la tête pour étouffer leurs cris).

 

Apparemment, il est donc légalement interdit, dans ce pays, de protester contre des actes qu’on considère comme dégradants ou inutilement violents quand ils sont commis par des agents des forces de l’ordre.

Je ne sais pas ce que ça vous fait, mais moi, ça me met drôlement mal à l’aise de voir mon pays évoluer dans ce sens. Je commence à comprendre ce que Sarkozy voulait dire quand il affirmait qu'il allait nous faire oublier 68.

Publié dans ehim

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kristi1 11/08/2007 15:29

Tout ceci (les arrestations, les reconduites aux frontières et pire que tout les décès suspects) est effectivement extrêmement inquiétant. Pour ne rien louper (euh ! pardon, pour en louper le moins possible) : http://paris.indymedia.org/sommaire.php3Profitons-en pendant que nous pouvons encore dormir trnanquille...

anonyme 08/08/2007 10:54

Lorsque ils sont venus chercher les communistes Je n'ai rien ditJe n'étais pas communiste. Lorsque ils sont venus chercher les socio-démocrates Je n'ai rien dit Je n'étais pas social -démocrate. Lorsque ils sont venus chercher les syndicalistes. Je n'ai rien dit Je n'étais pas syndicaliste Lorsque ils sont venus chercher les catholiques Je n'ai rien dit Je n'étais pas catholique.Lorsque ils sont venus chercher les juifsJe n'ai rien dit Je n'étais pas juif. Puis ils sont venus me chercher Et il ne restait plus personne pour protester.
 




Poème attribué à Martin Niemöller
 

Doris 05/08/2007 19:24

Lu sur le site de l'Huma dans l'article traitant de ce sujet: « Un policier m’a dit que j’avais le droit de penser, mais pas de m’exprimer. L’expression, c’est dans les urnes, précisait-il. » (citation de Marie-Françoise Durupt, la passagère en question). Confirmation que maintenant que notre cher président a été élu, il se considère comme légitimement investi de tous les pouvoirs pour "redresser" la France...