Premières nouvelles en provenance de la Sarkosie (le pays du nombril du monde) :

Publié le par ehim

Après l'élection du Président, mais avant son investiture officielle, on note déjà les faits suivants :

- Le rédacteur en chef du Journal du Dimanche a été obligé de passer à la trappe, sous la pression du principal actionnaire du journal, Lagardère, ami de Sarkozy,  un article qui révélait que Cécilia Sarkozy n'avait pas voté au second tour.

- Le procès en comparution immédiate du jeune couple franco-polonais qui avait mis le feu au siège de l’UMP de Villeurbanne est reporté après le deuxième tour des élections (mais les accusés resteront en prison jusqu’au procès). Peut-être qu'ils risquaient de ne pas voter du bon côté ... 

- L’EDF conteste devant le Tribunal de Tours la reconnaissance comme «maladie professionnelle » par la Caisse Primaire d’Assurance maladie du suicide d’un employé de la centrale nucléaire de Chinon (c’est le quatrième suicide en six mois).

 - Lu dans « 20 minutes » : selon une personnalité de Gauche approchée par Nicolas Sarkozy, « Quand on lui dit non, pour lui, c’est une base pour négocier. » ; … « Selon des sources qui refusent d’être citées », « Il sait faire comprendre à son interlocuteur qu’il devra assumer la responsabilité de ses actes en cas de refus. » Si on comprend bien, il ne vaut mieux pas se refuser à lui…  C'est ce qu'on appelle la politique de l'ouvre-boîtes et du pied-de-biche.

 - Un Conseil National de Sécurité va être mis en place, comme aux Etats-Unis et en Russie (vive la sécurité !). Ce qu’on attend avec impatience, c'est de voir comment il va être utilisé.

 - Nicolas Sarkosy a démissionné de son poste de Président de l’UMP mais n’a pas souhaité qu’un autre prenne sa suite. Il a imposé une direction collégiale. Lui qui disait en 2004 : « Président de l’UMP, je veux rester libre. Libre de proposer, d’imaginer, de débattre. » Maintenant qu’il est Président de la République, Il n’a donc pas très envie d’avoir un homme libre de proposer, d’imaginer et de débattre à la tête de sa majorité. CQFD.

 - Le juge Bruguière, célèbre juge anti-terroriste, présente sa candidature, pour l’UMP, dans le Lot-et-Garonne. Pourtant le Code électoral interdit à un magistrat d’être élu. Etonnant, non ? Il faudrait peut-être le recycler dans le Conseil National de Sécurité ?

 - Le directeur général délégué d’EADS, Jean-Paul Gut, demande une indemnité de départ d’au moins 12 millions d’Euro. Le même jour, on apprend d’un dirigeant allemand de l’entreprise que c’est bien le gouvernement français qui a obligé EADS à verser 8,5 millions d’Euro à Noël Forgeard dans les mêmes circonstances. Cette fois-ci, on se demande combien de dizaines milliers de salariés il va falloir virer pour payer tout ça !

- Le "personnel de maison" de l'Elysée (une dizaine de personnes) est viré par les nouveaux locataires et sera recyclé dans des ministères. Les Sarkozy veulent recruter  eux-mêmes leur personnel et en doubler le nombre au motif que la famille Sarkozy est plus nombreuse que la famille Chirac. Pour quelqu'un qui a annoncé son intention de réduire les frais de l'Etat en supprimant des postes de fonctionnaires, ça commence bien.

C'est tout pour aujourd'hui. Ce n’est qu’un début, mais ça promet …

(suite du feuilleton sur http://chroniques-sarkosiennes.over-blog.fr )

Publié dans ehim

Commenter cet article