De la relativité des poids et des mesures dans la balance de la Justice :

Publié le par ehim

Accusé de détournements de fonds à l’issue de la vente de plusieurs sculptures et peintures de Giacometti en 1994 alors qu’il avait été désigné exécuteur testamentaire du sculpteur et de sa femme, Roland Dumas, le célèbre ex-ministre des Affaires étrangères, qui avait autrefois bénéficié des largesses de la respectueuse Deviers-Joncourt dans une autre ténébreuse affaire, a été condamné à douze mois de prison avec sursis par la Cour de Cassation pour abus de confiance dans le cadre de la succession du sculpteur suisse.

Si l’on compare cette peine aux huit mois de prison ferme infligés à un casseur de vitrines et les trois mois fermes infligés à un autre qui avait envoyé une canette sur un flic pendant les manifestations anti-Sarkozy, on mesure la relativité des poids et les mesures utilisés par la Justice française en fonction des justiciables.

Comme quoi, dans ce pays, on préfère priver de liberté les pauvres mécontents que les puissants corrompus. C'est sans doute pour protéger la Société néo-conservatrice libérale  " de ses éléments déviants " ...

Publié dans ehim

Commenter cet article