Révision de la Constitution : un pas de plus vers la dictature

Publié le par ehim

Commenter cet article

Jean-Pierre Friedman 18/12/2009 11:53


On a les peurs qu'on mérite. Malgré (ou à cause de nos divergences) je vous trouve intéressant. JPF


ehim 17/12/2009 15:56


@Jean-Pierre Friedman :
Pour le coup, je crois que c'est vous qui vous amusez à vous faire peur.


Jean-Pierre Friedman 17/12/2009 15:41


D'accord sur le fait qu'un régime autoritaire nous menace. On sait depuis Platon que le désordre fait toujours le lit de la tyrannie. C'est ce qui s'est passé en France avant la révolution, En
Russie également, en Chine,; partout à toutes les époques. Ce qui nous menace ce n'est pas un improbable penchant dictatorial mais  la faiblesse chez Sarkozy, individu talentueux mais
immature, incapable de faire régner un minimum d'ordre dans un pays qui dérive vers l'anarchie, fort des paroles du terrifiant Bove: l"a violence est légitime quand la cause est légitime",
ouverture à toutes les dérives. J'ai beaucoup étudié le père de Jean Sarkozy avant de lui consacrer un livre "dans la peau de Sarko". Ses dérives sont surtout de l'ordre du spectacle. Par contre je
suis terrifié après les avoir approchés par des sectataires d'extrême gauche, souvent intellectuels d'origine bourgeoise, véritables malades capables d'instaurer eux, au nom de
l'idéologie  des régimes aussi sanglants que ceux de Lénine, Staline, Mao, Pol Pot et les actuels potentats africains. Pendant qu'on détourne l'attention sur les risques de ce facisme
dont on a dévié le nom mais qui n'e constitue pas pour le moment le risque prioritaire.Pour le moment la seule vigilence possible: celle à l'égard des désordres, des violences, des zones de
non-droit, des grèves à répétitions pour un oui et pour un nom, de la délinquence croissante, de l'incivisme, de tout ce qui rend la vie quotidienne si insécurisante qu'on risque de voir un jour
les grenouilles réclamer un roi. Et là on sera mal. Je noublie pas non plus l'histoire car Marx, terrifiant escroc dont la violence s'est répercuté sur ses sectataires, avait une fois de
plus tort. Elle ne begaye pas et celui qui l'ignore est condamné à la revivre. "La faiblesse du pouvoir est la pire calamité des peuples" (Anatole France)


Jean-Pierre Friedman 17/12/2009 10:57


On joue à se faire peur ? rendez vous chez les vrais dictateurs. N'est pas dictateur qui veut.


ehim 17/12/2009 13:35


@Jean-Pierre Friedman :
Non seulement il n'y a que ceux qui le veulent qui deviennent dictateurs, mais ils ne le deviennent, malheureusement, que quand ils ont affaire à des naïfs ou à des pleutres. De tristes épisodes de
l'Histoire comme celui de Münich devraient nous rester présents à l'esprit. Si nous avions été à l'écoute des Juifs réfugiés d'Allemagne avant 1939, nous aurions peut-être évité le régime de Vichy
et tout ce qui s'en est suivi. Quand il ne reste que la mémoire des "Justes" à commémorer, on peut parler d'échec historique.

Sarkozy  nous prouve chaque jour qu'il ,a des instincts autoristaristes et je peux parier dès aujourd'hui que l'avenir nous le confirmera.

En attendant, il vaut mieux être un "whistle blower", quitte à se ridiculiser, plutôt que de se fermer les yeux. Le film "La Haine" commence par la blague suivante : "C'est l'histoire d'un type qui
tombe du 50ème étage et qui, en passant devant le 45ème, se dit "Jusqu'à maintenant, tout va bien."


naradamuni 26/05/2008 13:12

Dictature Économique!

$égo, De$lanoé,les économiste$,$tarco$i-figaro-bolloré$-bouygue$ et ses prison$.., bien loin de la réalité du peuple et pas moins compétent version entente, complicité et duplicité et forfaitures; par contre "Pouvoir Économique, autiste et répressif"

Les difficultés présentes et à venir ne pourront être surmontées qu’en contrôlant le pouvoir économique, devenu plus puissant que le pouvoir politique( privatisation de tout l'acquit social et public du peuple). Seul le peuple peut le faire, en se prenant en main directement.

"Ceux qui ne participent pas à la bataille participent à la défaite (Brecht)".

Aujourd’hui ce sont les commissions d’investiture de Droite et de Gauche qui désignent à tous, tous les niveaux de « prétendus représentants du peuple » ce qui viole les articles 3 et 4 de la Constitution :

"La souveraineté nationale appartient au peuple qui l' exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s' en attribuer l' exercice.(...)".

La souveraineté nationale au Peuple et NON aux partis, syndicats qui en sont à justifié et accepter la régression actuelle en espérant quelques miettes ou pour certain en pompant directement les caisses publiques, chevillés aux puissances économiques privés et particulières !

"Dans les États qui juxtaposent à la puissance législative des Chambres la possibilité de demandes populaires de référendums, c'est le peuple qui monte au rang suprême par l'acquisition du pouvoir de prononcer le rejet ou l'adoption définitive des décisions parlementaires. Du coup le Parlement se trouve ramené au rang de simple autorité: il ne représente plus la volonté générale que pour chercher et proposer l'expression qu'ils convient de donner à celle-ci; il ne remplit ainsi qu'office de fonctionnaire. Le véritable souverain c'est alors le peuple." (Extrait de “La démocratie locale et le référendum”)

Pour cela, Reférendum d'Initiative Citoyen(RIC)!

La représentation populaire conçoit l'art de gouverner comme un élevage de singes. L. Daste "Intellectuel anthropocrate"

Les promesses et les actes des partis depuis 1993

• En 1993 : Tous les partis du PC au FN avaient le RIC dans leur programme.
• En 2002 : J.Chirac le promettait à nouveau expressément dans sa profession de foi du second tour.
• En 2004 : Lors de l’adoption de la Loi sur la décentralisation du 13/08/2004 pas un seul député n’a déposé le moindre amendement en faveur du RIC communal ou régional.
Et donc 2O% des inscrits d’une commune et 10% d’une région, ce qui est énorme, (Près de 700.000 en Ile de France !) peuvent demander une "consultation" sur tous sujets, mais l’assemblée délibérante peut la refuser, et ce n’est qu’un simple avis...

A quoi sert alors leur "démocratie participative"?

La Démocratie n'a pas lieu d'être "parcipative" puisquelle doit l'être de fait sinon, ce n'est pas un démocratie, le cas actuel de beaucoup d'états qui se prétendent d'elle!

• En 2007 : Déclarations des deux finalistes de la Présidentielle :

- N.SARKOZY, le jour de son investiture a déclaré que le Français est : "un citoyen qui ne veut pas renoncer,(...), ne veut plus que l’on décide à sa place, que l’on pense à sa place". Mais pour cela il doit disposer du RIC...

- S.ROYAL, après des milliers de rencontres avec les citoyens, en dressait le bilan sur son site "Désirs d’avenir" et présentait plus de cent propositions.On pouvait lire :"Une nouvelle présidence "Remontée des débats"Les citoyens veulent prendre la parole plus souvent et plus directement pour décider eux-mêmes.(...)"
C’est la définition même du référendum d’initiative citoyenne...

Réponses des citoyens aux sondages sur le RIC.

• 82 % des Français sont POUR (Sondage Sofres pour "Lire la politique" du 12 mars 2003).
• 88 % des Français pensent "qu’il faudrait faire un Référendum si un nombre élevé de gens le demandent" p 112 dans "La Démocratie à l’épreuve" G Grunberg (Presse de Sciences Po).
Avec le RIC les Français qui souhaitent les réformes pourront les contrôler et en présenter, or :
• 68% des Français sont pour "Un référendum d’initiative populaire, qui pourrait être demandé par 500 000 signatures de citoyens". (Sondage BVA du 11 07 2007 pour le Figaro/LCI)

Conclusion

Il est urgent de faire signer massivement cette pétition. Cela nous permettra de forcer les portes des médias et des partis politiques de ce gouvernement.

Ils nous parlent de "démocratie participative".
Sans instauration préalable du RIC, il est INDÉCENT d’oser parler de "démocratie participative".

« Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue » V.HUGO

http://www.ric-france.fr
http://www.citoyenreferent.fr/P

Le Peuple est multi-indiviudalité, l'amateur(1) en cela est pro en ceci!

La Richesse de sa Biodiversité, et non sa divisibilité, est sa puissance.

Peut-on borner le domaine d' intervention du peuple ?
-Rien ne justifie une réponse positive si ce n'est un doute de mauvais aloi, sur la capacité de celui-ci.
Michèle Guillaume-Hofnung, professeur de Droit, dans "le référendum" chez Que sais-je ? Page 31
- Il n'est pas démocratique de dire qu'un peuple n'est pas "assez éduqué" pour prendre des décisions politiques.
Gil Delannoi . Directeur de recherche FNSD)

La volonté du peuple ne doit pas être confisquée par quelques dizaines de Ponce Pilate... C. De Gaulle