Quand des pompiers pyromanes jouent avec des allumettes ...

Publié le par ehim

Après nous avoir matraqués avec les termes "otages" et "galère", les médias complaisants vis-à-vis du gouvernement utilisent maintenant un terme qui montre l'orientation que le pouvoir en place souhaite donner au conflit.
 

En effet, on entend maintenant qualifier la situation des usagers de "parcours du combattant". Ce qui leur indique clairement la voie à suivre : "Ne vous laissez pas faire, battez-vous !"

On leur conseille de ne pas subir la situation mais de s'engager contre les grévistes. La manifestation anti-grève qui a été organisée est là pour montrer qu'il s'agit bien d'une stratégie délibérée d'affrontement entre Français et particulièrement entre les diverses catégories de salariés.

Cela prouve bien, si c'était nécessaire, que pour mieux diviser ceux qui subissent sa politique inégalitaire et briser définitivement les derniers pôles de résistance, le pouvoir politico-économico-médiatique détenu par les plus favorisés de ce pays n'hésite pas, à pousser les citoyens des classes moyennes ou défavorisées à s'affronter entre eux.
 

C'est ça, une politique "de rupture".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Milla 19/11/2007 22:16

Bah avec celle ci on risque un mardi encore plus galère et noir, j'anticipe les infos de la téloche comme ça on est prévenus tous, demain c'est la guéguerre, non mais avez vous remarqué que la manif contre grévistes était de la droite extrèmes, le beau logo "il est interdit d'interdire d'étudier", c'est marrant que ces benets sont toujours dans la récupération de ce qui a été de plus valorisant pour en semer le pire, beukkk bon la tite dernière...PARIS (Reuters) - Les quotidiens nationaux devraient être totalement absents des kiosques français ce mardi en raison d'une grève organisée par la CGT en riposte à un plan de réorganisation des NMPP prévoyant 350 suppressions de postes, a-t-on appris à la direction de la société.



if(window.yzq_d==null)window.yzq_d=new Object();
window.yzq_d['HVv5DtmSuyM-']='&U=13kttieoe%2fN%3dHVv5DtmSuyM-%2fC%3d200096841.201516787.202772634.200555405%2fD%3dLREC%2fB%3d200682886';
Les Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP), qui distribuent 26 quotidiens français, 70 étrangers, 2.700 magazines français et 900 étrangers, ont un quasi-monopole dans ce secteur.Les quotidiens régionaux, qui organisent en général eux-mêmes leur distribution, seront en revanche disponibles.Le syndicat CGT-SGLCEN, qui appelle à la grève, est particulièrement représenté dans les secteurs de la photogravure, dans les expéditions et la distribution."La SGLCE, par la non-parution des titres et le non-traitement des publications, donne un coup de semonce aux éditeurs", dit le syndicat dans un tract diffusé lundi.Il demande une réunion avec la direction sur le plan dans "les plus brefs délais", l'ouverture de négociations salariales et se dit solidaire des salariés en grève contre la réforme des régimes spéciaux de retraite.La direction des NMPP a expliqué que les 350 suppressions de postes ne donneraient lieu à aucun licenciement sec, le plan prévoyant 240 départs en pré-retraite et 110 reclassements. Elle soutient que son plan est mis sur pied pour répondre à la crise de la presse écrite et de sa diffusion.

Caïn Marchenoir 19/11/2007 22:07

Un ostracisme de moins en moins rampant...
Je considère au vu de réactions de plus en plus haineuses relayées dans des média, dont la dépendance au pouvoir n'a jamais été aussi flagrante, que l'on est arrivé en France à un véritable sentiment d'ostracisme au sein d'une partie croissante de la population. Et que celui-ci s'affiche désormais en toute impunité alors même que de telles incitations à la haine "ostraciale" mériteraient d'être considérées avec au moins un peu de prudence. De fait, la façon dont beaucoup d'usagers ramènent les fonctionnaires, les cheminots et tous ceux qui exercent un droit de grève inscrit (mais jusqu'à quand ?) au sein de notre constitution peut s'apparenter à l'attitude qu'adoptait les Blancs occidentaux au début du siècle dernier en Afrique ou dans de lointaines colonies à l'encontre d'autochtones à la peau plus sombre. Ils les considéraient au mieux comme une force de travail dénuée de toute humanité quand ce n'était pas simplement de la chair à canon, comme de sinistres abrutis, paresseux, égoïstes et méritant l'esclavage auxquels ils étaient alors soumis. Evidemment on en est pas là mais la façon dont les grévistes se voient ostracisés, méprisés et purement et simplement haïs me paraît dangereuse. Parce que cela répond selon moi à un souhait de plus en plus évident de notre cher omniprésident de jeter une minorité de Français à la vindicte d’une majorité toute contente de pouvoir extérioriser ses sentiments les plus vils. Après les immigrés, les fonctionnaires et autres grévistes sont ainsi désignés comme de nouveaux boucs émissaires. Pourquoi, me direz-vous ? Hé bien, peut-être pour faire oublier que pendant ce temps on augmente son salaire de 206%, que les profits boursiers, stock options et autres profits exorbitants s'ils étaient taxés un peu plus qu'ils ne le sont suffiraient largement à renflouer ce fameux trou de la sécu, à relancer la consommation, le pouvoir d’achat et donner à ce pays une redistribution beaucoup plus équitable que celle en vigueur aujourd'hui...

leunamme 19/11/2007 20:07

Franchement, vous êtes complètement dans le vrai.Ce soir, j'ai commencé par lire vos articles, tout en écoutant Olivier Besancenot sur France Inter, et je me dis qu'il y a encore toute une partie de la gauche qui est debout.S'il vous plait, continuez

la nymphette 19/11/2007 14:49

ce qui est dingue c qu ele sgens partent du postulat que vous êtes systématiquement contre jusqu'à ce que vous ayez glissé un "au fait la moitié de ma famille travaille à la sncf!" et là vous passez dans le camp des feignants par accointance... un cerveau par personne c'est trop demander?